Accueil / Développement / Accroissement de la production agricole

Accroissement de la production agricole

Accroissement de la production agricole

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) organise, les 16 et 17 mai 2017 à Ouagadougou, un atelier de partage de résultats et de validation des plans d’actions pour le renforcement des capacités à innover et des discussions sur les services support à l’innovation du projet CDAIS.

Le secteur de l’agriculture, qui occupe près de 80% de la population active du Burkina Faso a besoin d’innovations pour être plus performant et plus rentable. C’est le constat fait par les acteurs du projet CDAIS qui a pour objectif de rendre plus efficaces et durables les systèmes d’innovation agricole. Dans cette optique, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), un des acteurs de mise en œuvre du CDAIS organise un atelier de partage de résultats, de validation des plans d’actions pour le renforcement des capacités à innover et des discussions sur les services support à l’innovation dans le domaine de l’agriculture et l’agro-alimentaire, les 16 et 17 mai 2017 à Ouagadougou.

A en croire le coordonnateur du projet CDAIS, Georges Yaméogo, il existe des situations d’innovations qui doivent faire l’objet d’une attention particulière. C’est ainsi, a-t-il poursuivi, que plus d’une centaine d’innovations ont été identifiées au cours d’une étude dont la validation a eu lieu au cours d’un atelier en avril 2016. Poursuivant, il a noté que six d’entre elles ont été retenues à la suite d’un travail de sélection mené par un comité technique et l’équipe du projet CDAIS. Il s’agit, entre autres, du système de micro-irrigation pour la petite agriculture familiale, du label système participatif et de l’appropriation de la démarche de charte foncière par les communes.

Cette rencontre, selon ses dires, a donc pour objectifs de faire connaître la démarche CDAIS et les principaux résultats obtenus à mi-parcours et présenter les plans d’accompagnement conçus par les facilitateurs de l’innovation et les acteurs de l’innovation puis identifier les services d’appui déjà existants ou à développer pour répondre aux besoins exprimés. Il s’agira également pour les participants d’identifier les apports du projet CDAIS à la mise en œuvre des politiques d’appui à l’innovation dans le domaine de l’agriculture. En outre, M. Yaméogo a fait savoir qu’une partie de l’atelier sera consacrée à la préparation de la « foire à l’innovation ».

Améliorer la productivité

Le secrétaire d’Etat chargé de la recherche scientifique et de l’innovation, Urbain Ibrahim Coulidiati a apprécié l’initiative d’une telle rencontre. De son avis, il est nécessaire pour le Burkina Faso d’utiliser les connaissances disponibles et de continuer à produire de nouvelles connaissances afin d’améliorer la productivité et la compétitivité de ses secteurs de production.

« Notre pays se doit d’accroître sa capacité à concevoir, à adapter et à utiliser de nouvelles technologies ou de nouveaux modes d’organisation afin d’améliorer sa productivité grâce à une recherche scientifique et technologique, à un enseignement et à des services d’appui à l’agriculture dynamiques intégrés dans un système socio-économique favorable aux innovations », a-t-il soutenu. Pour M. Coulidiati, le projet CDAIS est une opportunité d’explorer de nouvelles voies pour renforcer le système d’innovation agricole et tester de nouvelles approches qui mettent au centre les individus, les organisations et leurs capacités à s’engager dans des projets d’innovations et à les mener à terme. C’est pourquoi, il a invité les participants à donner le meilleur d’eux-mêmes pendant ces deux jours de travaux afin d’aider l’équipe du projet à produire des résultats utiles à la mise en œuvre d’une stratégie nationale d’innovation efficace.

Par ailleurs, il a rappelé la nécessité d’instaurer une collaboration « fructueuse » entre les acteurs de la recherche, de l’enseignement supérieur et le conseil agricole qui, a-t-il insisté, ont des rôles fondamentaux à jouer pour rendre le système d’innovation efficient. Le représentant du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD), Pierre Montagne a également apprécié les actions menées par le CDAIS en vue de renforcer les capacités des systèmes d’innovation agricole.

Il s’est d’autant plus réjoui des résultats « significatifs » obtenus par le CDAIS en seulement une année d’exécution. Il a donc souligné l’importance pour le CIRAD d’être présent dans ce projet en tant qu’institution de recherche pour mettre au point les méthodes de travail efficaces en vue d’avancer pas à pas.

Nadège YAMEOGO
sidwaya

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Aller en haut