Accueil / Finances / Afrique de l’Ouest : Plus de 5 000 milliards de FCFA par mobile money en 2015

Afrique de l’Ouest : Plus de 5 000 milliards de FCFA par mobile money en 2015

Afrique de l’Ouest : Plus de 5 000 milliards de FCFA par mobile money en 2015

Les chiffres sont de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (Bceao). En 2015, 5 121 milliards de francs CFA ont transité par mobile-money dans la zone de l’Union économique monétaire ouest-africaine (Uemoa). Ce moyen de paiement électronique en pleine expansion en Afrique connaît une progression de 36% dans la zone UEMOA.

En adoptant en 2006 un cadre réglementaire souple et incitatif, la Banque Centrale a contribué à la création d’un environnement propice à la promotion des services de paiement basés sur la téléphonie mobile dans l’Union. Depuis 2009, l’offre de nouveaux modes de paiement et de services financiers, en général se diversifie, avec pour support le téléphone portable. L’utilisation de cet instrument a contribué de manière significative, au relèvement du taux d’accès des populations aux services financiers qui s’est établit, en 2013, à 49,5% pour un taux de bancarisation au sens strict, de 12,2%. La Banque Centrale autorise deux types de modèles pour l’émission de monnaie électronique : le modèle bancaire et le modèle non bancaire. Dans le modèle bancaire, l’émission de monnaie électronique est sous la responsabilité d’un établissement de crédit en partenariat ou non avec un opérateur technique. Le modèle non bancaire est mis en œuvre dans le cadre de l’agrément d’un établissement non bancaire dénommé Etablissement de Monnaie Electronique (EME) pour l’émission de monnaie électronique.

Rapide progression

Les services financiers via la téléphonie mobile ont démarré en 2009 au Sénégal et en Côte d’Ivoire, pour s’étendre progressivement à tous les pays de l’Union. Entre 2010 et 2014, le nombre d’initiatives d’émission de monnaie électronique a presque triplé, passant de 11 à 32. L’activité connaît une dynamique croissante avec un bond significatif en 2013. Les partenariats entre les banques et les opérateurs de télécommunications occupent une place dominante sur le marché. En 2014, l’offre « Orange Money » mise en œuvre par le Groupe ORANGE, était disponible dans quatre pays de l’Union, à savoir la Côte d’Ivoire, le Mali, le Niger et le Sénégal. Ce groupe est le plus dynamique des opérateurs de télécommunications impliqués dans l’offre de services financiers via la téléphonie mobile et s’associe généralement avec les filiales de BNP Paribas, dans les différents Etats concernés, à l’exception du Niger où il est en partenariat avec Bank of Africa (BOA). Il détient 35% du nombre global de souscripteurs aux services financiers par téléphonie mobile dans l’Union, suivi par Moov (21%) et MTN (17%).
Deux types de services financiers via la téléphonie mobile sont déployés. Il s’agit, d’une part, des services qui impliquent l’usage de la monnaie fiduciaire et, d’autre part, ceux qui sont effectués en monnaie électronique. Les services impliquant la monnaie fiduciaire concernent principalement les opérations de rechargements et les retraits. Prédominants, les rechargements permettent aux clients d’approvisionner leur compte de monnaie électronique, en contrepartie de dépôts d’espèces. La monnaie électronique ainsi constituée, sert prioritairement aux achats de crédit, aux paiements de factures, à l’exécution de transferts de personne à personne, de personne à entreprise ou aux administrations publiques. Les transferts de personne à personne concernent en général les transferts rapides d’argent offerts par les sociétés telles que Western Union, Moneygram, Wari… Ils permettent de procéder à des virements de fonds d’un porte-monnaie électronique à un autre, généralement dans le même réseau. L’offre se diversifie peu à peu avec des virements transfrontaliers entre la Côte d’Ivoire, le Burkina, le Mali et le Sénégal. Les principaux services de paiement dans l’Union concernent le règlement des frais liés à la consommation d’eau, d’électricité, d’abonnements à des chaînes de télévision satellitaires, d’achats de marchandises ou d’autres services (boutiques, grandes surfaces, stations services, etc).

Changements significatifs dans l’économie

Les 5121 milliards de FCFA représentent 346,9 millions d’opérations monétaires effectuées. Dans son rapport sur la situation des services financiers via la téléphonie mobile dans l’Uemoa, la Bceao indique que les chiffres de 2015 sont d’ailleurs en hausse de 33% et 36% comparés à ceux du 31 décembre 2014. La Bceao souligne que durant les neuf premiers mois de 2015, la valeur journalière des transactions financières effectuées par Mobile Money s’est élevée à 18,96 milliards Fcfa pour une moyenne de 1 260 575 opérations traitées. En 2014, la valeur journalière des transactions financières effectuées par Mobile Money était de 10,3 milliards Fcfa pour une moyenne de 710 242 opérations traitées. En 2013, la valeur journalière des transactions financières effectuées par Mobile Money s’élevait à 4,4 milliards Fcfa.

Le dernier rapport de la BCEAO, publié le 4 février en marge de la 4e table ronde des dirigeants de l’Initiative africaine sur les politiques des services financiers via la téléphonie mobile (AMPI), tenue à Dakar note que l’usage des nouvelles technologies est en train de transformer radicalement les économies et les habitudes de paiement des populations africaine.

Aimé Florentin BATIONO
Ecodufaso/Groupe Ecodafrik

Aller en haut