Accueil / Finances / Arrestation de Kémi Seba : Réaction de L’Economiste Kako Nubukpo

Arrestation de Kémi Seba : Réaction de L’Economiste Kako Nubukpo

Arrestation de Kémi Seba : Réaction de L’Economiste Kako Nubukpo

C’est ce mardi 29 août 2017 que le militant Franco-Béninois, Kemi Seba de son vrai nom Stellio Gilles Capo Chichi sera jugé par la justice sénégalaise. Arrêté pour avoir brulé publiquement un billet de 5000 FCFA, Monsieur Kémi est poursuivi suite à une plainte déposée par la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) portant violation de l’article L411 du code pénal sénégalais.

 

 

Dans un entretien accordé à la radio RFI, l’Economiste, par ailleurs ancien ministre togolais de la prospective et de l’évaluation des politiques publiques, Kako Nubukpo s’est prononcé sur la question. Selon lui, il s’agit d’un débat entre la légalité et la légitimité. Cela renvoi au fameux procès de rupture qui avait lieu à la fin des années 1950 à propos des militants du FLN en Algérie a-t-il souligné. La question, c’est de savoir si dans le cadre existant, aujourd’hui, il est possible de poser un débat sur le franc CFA.

Ce que moi j’observe en particulier, c’est que la BCEAO ne veut absolument pas de ce débat explique l’économiste. Donc, je crois que c’est un débat entre la légalité d’une part et la légitimité d’autre part a-t-il insisté. Il a ajouté la procédure que la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) intente à l’endroit de Kémi Séba peut donner l’impression que la BCEAO souhaiterait interdire un débat qui, à mon avis, devrait être un débat salutaire.

Kako Nubukpo est l’un des auteurs de Sortir l’Afrique de la servitude monétaire «  A qui profite le franc CFA ? » Paru aux éditions La Dispute. Actuellement directeur Francophonie de l’Economie et du numérique à Lomé » (Togo), l’homme avoue que tout citoyen de la Zone franc a le droit, pour ne pas dire le devoir, de s’intéresser à la manière dont les pièces et les billets qu’il utilise au quotidien se font tirer par la Banque centrale. Il s’agit du contrôle citoyen de l’action publique.

Kako Nubukpo est l’un des économistes africains qui appelle à la fin du franc CFA qu’il qualifie de «servitude volontaire ».

 

Balguissa Sawadogo

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Aller en haut