Accueil / Entretiens Exclusifs / Aziz Kaya, PDG du Café Aziz Istanbul: « Nous allons faire mieux que cela parce que nous n’avons pas peur des terroristes »

Aziz Kaya, PDG du Café Aziz Istanbul: « Nous allons faire mieux que cela parce que nous n’avons pas peur des terroristes »

Aziz Kaya, PDG du Café  Aziz Istanbul: « Nous allons faire mieux que cela parce que nous n’avons pas peur des terroristes »

Le dimanche 13 août 2017, un commando composé de deux assaillants, lourdement armés, a fait irruption dans le café-restaurant « Aziz Istanbul», un lieu très fréquenté par les expatriés au Burkina. Ces attaques ont occasionné la mort de 18 personnes et de nombreux blessés. Ces attaques sont encore dans les esprits des Burkinabè puisqu’intervenues moins de deux ans après celles du restaurant - café « Cappuccino » et « Splendid Hotel ». Aziz Kaya, est le Président directeur général de cet établissement qui emploie plus de 50 personnes avec en moyenne une masse salariale de 3 millions de F CFA par mois. Encore sous le choc, nous l’avons rencontré dans la matinée du 17 août 2017   sur les lieux du drame, « Aziz Istanbul pâtisserie café ». Il n’entend pas baisser les bras ! C’est du moins ce qu’il nous a confié. Mieux, nous a-t-il indiqué, ce sera un « Aziz Istanbul pâtisserie café » plus fort, plus beau, plus chic qui rouvrira ses portes d’ici 2018. Lisez !

 

Ecodufaso.com : Comment se porte Aziz Kaya?

Aziz Kaya : Je vais bien mais je dois avouer que c’est un fardeau difficile à supporter. Les terroristes crient souvent « Allah » alors qu’ils ont tué des musulmans et des chrétiens. Ce qui veut dire que les terroristes n’ont ni religion ni pays. 18 personnes sont mortes et c’est difficile pour moi de l’expliquer.

Comment les choses se sont passées le dimanche 13 aout 2017 ?

Les-locaux-du-café-restaurant-Aziz-Istanbul

Chaque jour, nous travaillons de 6h à minuit. Le dimanche 13 août 2017, je suis rentré un peu plus tôt. Le chef de la Police m’a appelé vers 21h pour me demander s’il y avait un problème au café. Un autre ami m’a appelé pour m’expliquer le problème. Notre restaurant était plein ce jour à cause du match de football et l’anniversaire d’un jeune garçon. Il y avait un groupe de koweitiens de 4 ou 5 personnes qui étaient là. Il y avait aussi une équipe de « Turkish Airlines ». Ils étaient à peu près 9 personnes qui étaient là mais fort heureusement, ils sont partis 5 minutes avant le début des événements. Nous avons la chance parce qu’il y a une porte qui permet de passer par l’arrière sinon on aurait eu plus de 80 morts. Quand les tirs ont commencé, certains ont pu s’échapper par cette porte.

Comment vous-vous êtes senti quand vous avez appris la nouvelle ?

J’étais très choqué !

 Depuis l’attaque du café Capuccino en janvier 2016, avez-vous pris des dispositions utiles pour protéger vos clients ?

Oui. Nous avons toujours deux policiers qui travaillent depuis l’ouverture jusqu’à la fermeture du restaurant. Quand les choses ont commencé, les policiers étaient les premiers à fuir. S’ils avaient essayé de tirer, le nombre de personnes tuées n’allait pas être aussi important. Comme ils ont été les premiers à fuir, les terroristes sont rentrés dans le Café sans problème pour canarder les gens.

Aziz-Kaya

Avez-vous perdu des proches dans cette attaque ?

Oui. Nous avons perdu un ami, un turc qui était malade. Il travaillait dans une mine d’or à 200 Km de Ouagadougou et il était venu à Ouagadougou pour se soigner. Nous avons un ami turc qui est également blessé mais Dieu merci, ça va. L’on n’a pas enregistré de pertes en vies humaines au niveau du personnel.

 

A combien évaluez-vous les pertes matérielles ?

Ça, ce n’est pas important. Le matériel perdu peut être remplacé. Mais les personnes décédées non. Mais nous avons commandité une expertise pour évaluer les dégâts.

Combien de personnes employez-vous ?

Nous avons plus de 50 employés. Chaque mois nous déboursons à peu prêt 3 millions de F CFA pour les salaires des employés.

Êtes-vous prêt à rouvrir ?

Oui. Nous allons faire mieux que cela parce que nous n’avons pas peur des terroristes. Cette année, ça ne sera pas possible mais peut être en 2018.

Quel est votre message à l’endroit des familles des victimes et aux blessés de cette attaque ?

Nous sommes tristes pour eux. Nous présentons nos condoléances à tous ceux qui ont perdus des proches, parents et amis dans cette barbarie. Nous aurions souhaité que les choses se passent autrement, mais hélas ! Nous sommes désolés et souhaitons que ça soit la dernière fois que ces genres d’évènements arrivent au Burkina. Aux personnes blessées, nous leurs souhaitons prompte rétablissement. Nous saluons et remercions les autorités burkinabè qui ont été à nos côtés du début jusqu’à l’heure où je vous parle.

Interview réalisée par Moubarak SILGA

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

 

 

Légendes 

1-    Aziz Kaya n’entend pas baisser les bras

2-    Un « Aziz Istanbul café » pus grand, plus beau va rouvrir ses portes

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Aller en haut