Accueil / Mines & Energies / Burkina : Une agence pour l’efficacité énergétique

Burkina : Une agence pour l’efficacité énergétique

Burkina : Une agence  pour l’efficacité énergétique

La situation énergétique du pays est préoccupante. Bien que nous ne soyons qu’au mois de septembre, il y a parfois des délestages dans certains quartiers de la capitale Ouagadougou. Du côté du ministère des mines, des carrières et de l’énergie, on réfléchi à des mesures palliatives pour éviter que la situation n’aille de mal en pis dans les années à venir. C’est dans ce contexte qu’une nouvelle structure fait son apparition : l’Agence nationale des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (ANEREE). Ses statuts ont été adoptés le 05 octobre dernier en conseil des ministres.

 
Le Burkina Faso connait un déficit en électricité qui s’accroît de 13 % par an, causant des délestages à répétition sur le réseau. Disposant de soleil à revendre, le Burkina Faso a opté de l’exploiter à bon escient afin de réduire son déficit énergétique. En 2014, la capacité du pays était de 285 mégawatts. D’ici 2020, l’ambition du gouvernement est de porter cette capacité à 1000 mégawatts dont 80 mégawatts supplémentaires dès 2016. Cette action permettra de doubler le taux d’électrification à 85 % d’ici à 2020. C’est dans une perspective d’efficacité énergétique, qu’il faut placer l’encouragement à l’utilisation de lampes économiques et de films plastiques tant au niveau des ménages que de l’administration et la diversification des sources de productions d’énergie. Il faut maintenant une structure pour s’occuper de la cohérence des interventions dans ce domaine vital et stratégique pour le pays qu’est l’énergie. C’est pour cette raison que l’Agence nationale des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (ANEREE) a été créée. L’agence sera chargée de favoriser l’exploitation des infrastructures solaires et thermiques, de promouvoir les bioénergies et de soutenir la politique générale de développement de l’énergie. Cette agence va également abriter un Institut des énergies renouvelables, des usines de montages du matériel solaire et un laboratoire de recherche appliquée et de contrôle. De plus en plus, le Burkina Faso mise donc résolument sur le solaire. Deux centrales solaires ont vu leur construction lancée en l’espace de 02 mois. Il s’agit de celle de Zaghtouli d’une capacité 33 MWH (lancée en juin 2016) et de la centrale solaire de 20 MWH de Kona, dont les travaux ont commencé en août 2016.

 

 

Aimé Florentin BATIONO
ecodufaso.com / ecodafrik.com

Aller en haut