Accueil / ACTUALITES FINANCIERES: AFRIQUE / CEDEAO : vers une mise en place « graduelle » de la monnaie unique dès 2020

CEDEAO : vers une mise en place « graduelle » de la monnaie unique dès 2020

CEDEAO : vers une mise en place « graduelle » de la monnaie unique dès 2020

La monnaie unique CEDEAO sera bel et bien une réalité à partir de 2020. La nouvelle feuille de route révisée adoptée par la Task force présidentielle de la CEDEAO réunie ce 21 février à Accra a décidé d’une mise en place « graduelle » de cette monnaie dès cette échéance.

Dans le communiqué final, les chefs d’Etat membres de ce groupe de travail ont affirmé leur adhésion à une « approche graduelle privilégiant un démarrage avec les pays qui respectent les critères de convergence tandis que les autres pourront s’y joindre ultérieurement ». Une déclaration qui stipule que l’adoption de la monnaie unique se fera progressivement par chaque Etat. Et d’ores et déjà, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Niger qui sont les plus fervents défenseurs de cette monnaie pourraient bien faire partir de la première cohorte de pays à basculer vers la monnaie CEDEAO.

Cependant, pour le président ivoirien Alassane Ouattara, quasiment tous les pays de la zone devraient franchir ce cap. « Un travail important se fait depuis quelques années au niveau de la convergence économique des Etats de la Communauté. Et aujourd’hui, les chefs d’Etat pensent, à l’exception d’un ou deux pays, que la totalité des pays pourraient être prêts pour ce passage à la monnaie unique en 2020, » a-t-il indiqué dans la soirée de ce mercredi en conseil des ministres.

En attendant cette échéance, les Etats sont exhortés « à poursuivre les efforts pour le respect des critères de convergence ». Aussi la feuille de route révisée adoptée tient-t-elle en 10 programmes ventilés en « 35 activités », a expliqué Adama Koné, le ministre ivoirien en charge de l’Economie et des Finances.

Ces activités qui vont démarrer dès le second trimestre nécessiteront un financement de 5 millions de dollars à mobiliser « par les Etats et leurs Banques centrales », détaille le communiqué final.

financialafrik

Aller en haut