Accueil / Développement / Eau et électricité dans l’administration: le Ministère de l’Education contre l’utilisation à des fins commerciales

Eau et électricité dans l’administration: le Ministère de l’Education contre l’utilisation à des fins commerciales

Eau et électricité dans l’administration: le Ministère de l’Education contre l’utilisation à des fins commerciales

Le ministère burkinabè de l’Education nationale et de l’Alphabétisation (MENA) veut mettre un terme à l’utilisation de l’eau, de l’électricité et du téléphone au sein des différentes structures dudit ministère à des fins commerciales ou personnelles. A travers une circulaire parvenue à notre rédaction, il invite ses différents services, à mettre systématiquement fin à cette pratique.

 

Le ministère en charge de l’Education nationale veut interdire l’utilisation frauduleuse de l’eau, de l’électricité et du téléphone dans ses différents services. A ce sujet, il a produit une circulaire. Le document parvenu à notre rédaction, mercredi 13 septembre 2017, datant du 6 septembre 2017, est adressé aux structures centrales, déconcentrées et rattachées.

Il est signé du Secrétaire général (SG) du ministère en charge de l’Education, Dr Yombo Paul Diabouga. D’entré de jeu, la circulaire rappelle que dans le cadre de la mise en œuvre de la politique de rationalisation des dépenses liées à la consommation d’eau et de l’électricité du MENA, les services de l’administration des finances ont procédé à des contrôles des lieux de commerces logés au sein de trois structures centrales publiques.

robinet-mena

«Lors de ses contrôles, des cas avérés d’utilisation frauduleuse d’eau et d’électricité par des privés ont été relevés et ce, en violation des dispositions du décret n° 2016-876/PRES/PM/MINEFD/MATDSI du 14 septembre 2016, portant règlementation générale des abonnements publics d’eau et d’électricité, de téléphone et services connexes et de boîtes postales», indique M. Diabouga.

Selon le SG du MENA, cette situation a pour conséquences de pénaliser le département ministériel par «une augmentation indue des dépenses de fonctionnement».

Par conséquent, le ministère invite toutes les structures centrales, déconcentrées et rattachées à bien vouloir assurer une large diffusion de la circulaire.

Toute qui devrait permettre de «mettre fin à cette pratique en séparant les compteurs d’eau et d’électricité des prestataires privés de ceux de l’administration publique et en interdisant le lavage des véhicules privés, les appels téléphoniques privés à partir des postes de l’administration, etc.».

Alfred KANON

ecodufaso.com / ecodafrik.com

Légendes

1-    L’eau est utilisée dans certains services publics à des fins commerciales

 

2-    La mesure du MENA vise à rationnaliser les dépenses du ministère

 

 

Aller en haut