Accueil / Mines & Energies / Energie électrique au Burkina: Lancement des pôles régionaux de production d’électricité

Energie électrique au Burkina: Lancement des pôles régionaux de production d’électricité

Energie électrique au Burkina: Lancement des pôles régionaux de production d’électricité

Le ministre de l’Energie, Alfa Oumar Dissa a lancé, le vendredi 7 avril 2017 à Fada N’Gourma, les travaux de construction de la centrale thermique de 7,5 MW de la ville capitale de la région de l’Est, marquant ainsi, le démarrage officiel des pôles régionaux de production d’électricité au Burkina Faso.

 

La centrale thermique de 7,5 MW de Fada N’Gourma constitue le 1er pôle régional de production de l’électricité au Burkina Faso. Elle entre dans la Composante n°1 du Projet d’appui au secteur de l’Electricité (PASEL) et coûtera plus de 9, 152 milliards de F CFA. Cette centrale a été officiellement lancée le vendredi 7 avril 2017 par le ministre en charge de l’Energie Alfa Oumar Dissa.

Dans son discours, le ministre DIssa a relevé que la pose de la première pierre de cette centrale, plus qu’une fierté, « traduit l’engagement du gouvernement burkinabè à améliorer le taux national de couverture d’électricité». Cette centrale, a-t-il indiqué, permettra surtout d’améliorer la qualité de la fourniture d’électricité à travers le renforcement du parc de production.

pôles-régionaux-de-production

Alpha Oumar Dissa a expliqué que la réalisation des pôles de croissance régionaux va permettre de faire face aux besoins sans cesse croissants des régions en énergie électrique et leur garantir une bonne qualité de la fourniture d’énergie.

Le ministère de l’Energie, à travers la Société nationale d’électricité du Burkina (SONABEL), projette dans le court terme de construire des centrales dans les pôles régionaux de production tels que Ouahigouya, Dédougou, Dori, Fada N’Gourma et Gaoua.

 

Pour ce qui est de la construction de la centrale thermique de Fada N’Gourma, elle va consister à acquérir et à installer deux groupes électrogènes totalisant 7,5MW fonctionnant au fuel lourd. La construction va nécessiter également, des auxiliaires électriques et mécaniques, des armoires de contrôle-commande, des équipements d’évacuation de l’énergie en 33kV et l’érection d’un bâtiment R+2.

L’investissement total s’élève à 9 milliards 152 millions 318 mille 960 F CFA TTC, entièrement financé par la Banque mondiale. Les travaux seront réalisés par l’entreprise Belge International Montage Maintenance (IMM) pour une durée d’exécution de 17 mois sous la supervision du cabinet Allemand Intec-Gopa et la SONABEL.

 

Alfred KANON

ecodufaso.com / ecodafrik.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Aller en haut