Accueil / Mines & Energies / Energie électrique: La Côte d’Ivoire promet 90 MW au Burkina Faso en 2018

Energie électrique: La Côte d’Ivoire promet 90 MW au Burkina Faso en 2018

Energie électrique: La Côte d’Ivoire promet 90 MW au Burkina Faso en 2018

Burkina Faso -Côte d’Ivoire -Coopération -Energie

 

La Côte d’Ivoire a promis de passer de 83 (actuellement) à 90 Mégawatts d’énergie électrique au profit du Burkina Faso, en 2018. L’annonce a été faite, vendredi 7 juillet 2017, à l’occasion de la visite de travail à Ouagadougou du Premier ministre ivoirien, Mamadou Gon Coulibaly.

Le séjour du chef de gouvernement ivoirien Amadou Gon Coulibaly, à Ouagadougou, le vendredi 7 juillet 2017, s’inscrit dans le cadre des préparatifs du Traité d’amitié et de coopération (TAC) entre la Cote d’ivoire et le Burkina Faso. Il a permis d’aborder le point de la coopération entre les deux Etats. Ce fut l’occasion également pour la partie burkinabè de faire des doléances. «Nous avons demandé à la partie ivoirienne de porter l’offre énergétique au Burkina Faso de 83 MW à 90 MW», a déclaré le PM Thiéba, lors de point de presse mettant fin aux travaux avec la délégation ivoirienne.

A entendre le chef du gouvernement burkinabè, le PM ivoirien n’a pas fait d’objection à cette sollicitude. Pour lui, il s’agit là de l’une des grandes annonces à l’issue du séjour du Premier ivoirien au Burkina Faso. «Nous avons dit que si l’on peut avoir 90 MW, pourquoi ne pas avoir 100 MW », a plaidé Paul Kaba Thiéba.

energie-burkina-faso

Le Premier ministre (PM) ivoirien Amadou Gon Coulibaly a effectué la visite de travail pour préparer le 6e sommet du Traité d’amitié et de coopération (TAC) entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso, prévu les 17 et 18 juillet 2017.

Le Traité d’amitié et de coopération (TAC) entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso est un cadre de concertation né depuis 2008 et qui rassemble annuellement les exécutifs des deux pays.

Il a vu le jour sous l’impulsion des ex-présidents ivoirien Laurent Koudou Gbagbo et burkinabè Blaise Compaoré qui avaient voulu par cet acte, renforcer l’axe Ouagadougou-Abidjan.

Les réunions se tiennent alternativement dans les capitales politiques des deux Etats et permettent d’évoquer des sujets de développement concernant les deux pays.

Ainsi, les travaux du 5e TAC se sont déroulés les 28 et 29 juillet 2016 à Yamoussoukro, dans la capitale ivoirienne.

Alfred KANON

ecodufaso.com / ecodafrik.com

Légendes

1-    Les deux chefs de gouvernements (ivoirien et burkinabè), lors du point de presse

 

2-    La fourniture d’énergique électrique venant de la Côte d’Ivoire, devrait augmenter à partir de 2018

 

 

Aller en haut