Accueil / Développement / Etats généraux de la jeunesse: la contribution des jeunes à l’économie nationale attendue

Etats généraux de la jeunesse: la contribution des jeunes à l’économie nationale attendue

Etats généraux de la jeunesse: la contribution des jeunes à l’économie nationale attendue
Des recommandations probantes sont attendues des participants

 

Le Premier ministre (PM) burkinabè Paul Kaba Thiéba dit compter sur la contribution des jeunes du Burkina Faso pour réaliser le renouveau économique dans le pays. Il l’a signifié à l’occasion des états généraux de la jeunesse qui se tiennent du 15 au 18 novembre 2017 à Ouagadougou. Le thème central retenu pour ces assises est : «Quelle gouvernance pour une contribution optimale de la jeunesse au renouveau politique, économique et social du Burkina Faso ?».

 

Les premières autorités du Burkina Faso sont conscientes qu’aucun développement économique du pays n’est envisageable si l’on néglige la jeunesse. En effet, la contribution des jeunes burkinabè à la performance de l’économie nationale est fortement attendue. Cette attente est réitérée à l’occasion des états généraux de la jeunesse. La rencontre se déroule du 15 au 18 novembre 2017, à Ouagadougou. Elle réunit près de mille jeunes, venus des 45 provinces du pays, mais aussi de la diaspora, prennent part à la rencontre.

Selon les organisateurs, il ne s’agit pas d’une foire inutile. Bien au contraire, a-t-on insisté, ces assises devraient permettre de faire des propositions à même de booster la contribution de la frange jeune dans le développement du Burkina Faso. D’où le choix du thème : «Quelle gouvernance pour une contribution optimale de la jeunesse au renouveau politique, économique et social du Burkina Faso ?».

Dans la forme, les présents états généraux se distinguent des précédents foras dédiés aux jeunes. A commencer par le budget estimé à 150 millions de F CFA, contre des centaines de millions F CFA lors des foras antérieurs. A entendre le ministre de la jeunesse, de la formation et de l’insertion professionnelles, Dr Ismaïla Ouédraogo qui était sur les antennes de la télévision nationale à la veille de la rencontre, les participants ne doivent pas s’attendre à des perdiems, à l’issue des travaux.

Le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a indiqué que le gouvernement attend de la jeunesse une contribution déterminante à la mise en œuvre réussie du PNDES

Le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a indiqué que le gouvernement attend de la jeunesse une contribution déterminante à la mise en œuvre réussie du PNDES

C’est le Premier ministre (PM) Paul Kaba Thiéba qui a présidé, mercredi 15 novembre 2017 à Ouagadougou, la cérémonie d’ouverture des Etats généraux le mercredi 15 novembre dernier.

Pour le chef du gouvernement burkinabè, au terme des travaux, «un diagnostic participatif sans complaisance devra permettre de construire une plateforme consensuelle d’actions autour des problématiques majeures des jeunes de toutes les régions et de toutes les catégories, en vue de susciter une meilleure situation des responsabilités des acteurs, à savoir : les pouvoirs publics, les jeunes eux-mêmes et les partenaires».

Paul Kaba Thiéba semble convaincu des enjeux économiques que recèlent ces états généraux de la jeunesse. Il a souligné que le gouvernement attend des jeunes une contribution déterminante à la mise en œuvre réussie du référentiel du développement du pays, le Plan national de développement économique et social (PNDES). Selon lui, les jeunes peuvent contribuer à la création de richesse, à la création d’emplois décents et à la transformation structurelle de l’économie burkinabè.

Pour le représentant des jeunes, Mamoudou Ouédraogo, ses camarades doivent opter pour un changement positif de comportement

Pour le représentant des jeunes, Mamoudou Ouédraogo, ses camarades doivent opter pour un changement positif de comportement

«Le Burkina Faso regorge d’abondantes ressources en matières d’élevage, d’agriculture, dans l’industrie et dans les services», a-t-il argumenté. Et d’ajouter que ces richesses sont jusqu’ici sous exploitées par l’insuffisance de la main d’œuvre qualifiée de la formation et plus généralement de l’inadaptation de notre système éducatif aux besoins de l’économie nationale.

Le programme de quatre jours de travaux a prévu des discussions dans trois caucus, cinq panels composés de 15 sous-thèmes animés par 18 conférenciers.

En attendant les conclusions des états généraux, le représentant des jeunes, Mamoudou Ouédraogo, dans son intervention à l’ouverture des travaux, a insisté sur la nécessité de renforcer les actions en faveurs des jeunes du Burkina Faso.

Alfred KANON

ecodufaso.com / ecodafrik.com

 

 

 

Aller en haut