Accueil / Développement / Etats généraux de la jeunesse: Plaidoyer pour la réouverture des usines fermées

Etats généraux de la jeunesse: Plaidoyer pour la réouverture des usines fermées

Etats généraux de la jeunesse: Plaidoyer pour la réouverture des usines fermées
A l’issue des travaux, les participants ont fait des recommandations et pris des engagements

Le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a présidé, le samedi 18 novembre 2017, la cérémonie de clôture des Etats généraux de la jeunesse (EGJ), tenus du 15 au 18 novembre à Ouagadougou. A l’issue de quatre jours de travaux, le millier de participants ont fait des recommandations. L’une des recommandations concerne la réouverture des unités industrielles fermées.

 

Les Etats généraux de la jeunesse (EGJ) ont refermé leurs portes, le samedi 18 novembre 2017, dans la capitale burkinabè. Et ce, après quatre jours de travaux. La cérémonie d’ouverture a été rehaussée par la présence du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Celui-ci a reçu le rapport général des travaux contenant les engagements et les recommandations.

Convaincus que l’entrepreneuriat est, de nos jours, la principale source d’emploi, les participants aux EGJ recommandent la multiplication de pourvoyeurs d’entreprises et la création des Petite et moyennes entreprises/Petites et moyennes industries (PME/PMI) en vue d’accompagner les jeunes promoteurs.

Le ministre en charge de la jeunesse, Smaïla Ouédraogo (devant assis) a lancé officiellement le site web du département ministériel

Le ministre en charge de la jeunesse, Smaïla Ouédraogo (devant assis) a lancé officiellement le site web du département ministériel

Ils recommandent aussi la réouverture des unités industrielles fermées, afin de booster l’employabilité des jeunes. Et de citer l’usine de transformation de textile de Koudougou, les Grands moulins du Burkina, l’usine de transformation de fruits et légume de Loumbila, etc.

Les recommandations concernent également, entre autres, la réduction du coût d’accès à la formation professionnelle dans la recherche de l’équité, l’orientation et la valorisation du Volontariat dans le sens de la fixation des jeunes dans les terroirs.

 Le Premier ministre Paul Kaba Thiéba (droite) remettant un chèque à un jeune porteur d’un projet innovant

Le Premier ministre Paul Kaba Thiéba (droite) remettant un chèque à un jeune porteur d’un projet innovant

Sans oublier la nécessité d’accorder «au moins 30% du budget national à la promotion de l’éducation et de la formation», d’augmenter le budget du ministère en charge de la jeunesse à au moins 5% du budget national. Les jeunes ont également plaidé pour la revue à la hausse des montants des fonds à eux accordés pour financer leurs projets.

Sur ce dernier point, le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a invité les jeunes à utiliser à bon escient, les fonds sont octroyés. Il les a surtout exhortés à rembourser les montants dont ils ont été bénéficiaires afin de pérenniser ces fonds et permettre à d’autres jeunes d’en bénéficier.

Les Etats généraux de la jeunesse (EGJ) se sont tenus du 15 au 18 novembre 2017 sous le thème: «Quelle gouvernance pour une contribution optimale de la Jeunesse au renouveau politique, économique et social du Burkina ?».

Selon les organisateurs, la tenue des EGJ s’inscrit dans «l’optique d’établir des canaux de concertation entre les jeunes, les autorités, toutes les composantes sociales et les partenaires afin de susciter et de renforcer un contrat social propice à la bonne gouvernance, au progrès et à la paix sociale».

Faso-Roch-Marc

La rencontre a réuni environ mille jeunes, venus des 45 provinces du pays et de la diaspora. La cérémonie de clôture a été marquée par le lancement du site web du ministère de la jeunesse : www.jeunesse.gov.bf qui vise, entre autres, à faire la promotion des projets et politique dudit ministère.

Par ailleurs, la cérémonie de clôture a été également marquée par la remise symbolique de chèques à dix jeunes pour le financement de leurs «projets innovants». Les montants des financements varient entre environ 600.000 F et 5 millions de F CFA.

Le ministre en charge de la Jeunesse, Smaïla Ouédraogo a aussi annoncé que pour le montant total des projets des jeunes financés dans le cadre de l’intégration entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso, passe de 100 millions à 200 millions de F CFA.

Alfred KANON

ecodufaso.com / ecodafrik.com

 

 

 

Aller en haut