Accueil / Mines & Energies / EXPLOITATION MINIERE AU BURKINA : 35,81 tonnes d’or produites en 2015

EXPLOITATION MINIERE AU BURKINA : 35,81 tonnes d’or produites en 2015

EXPLOITATION MINIERE AU BURKINA : 35,81 tonnes d’or produites en 2015

Le Secrétariat permanant de l’initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE) a rendu publics ses rapports de 2014 et 2015. En attendant d’intégrer les observations faites par le Comité de travail, les rapports    indiquent   que les industries minières ont versé à l’Etat Burkinabè 141,608 milliards de F CFA en 2014 et 138,714 milliards de FCFA en 2015 pour 35,81 tonnes d’or produites.  

 

Les industries minières installées au Burkina ont payé à l’Etat Burkinabè, 138,714 milliards de F CFA en 2015 et 141,608 milliards de F CFA pour l’année 2014. C’est ce que révèle les rapports de 2014 et 2015 de l’ITIE.  Cet exercice a consisté à collecter, rapprocher et compiler pour les années 2014 et 2015, les paiements versés à l’État et déclarés par les entreprises extractives détentrices de titres miniers au Burkina Faso ainsi que les recettes provenant de ces entreprises déclarées par l’État.

Sur la base des données reportées par l’Etat, après conciliation, les revenus générés par le secteur minier totalisent un montant de 141,608 milliards de F CFA pour l’année 2014. Ce montant inclut les paiements encaissés directement par l’Etat pour un montant de 140, 220 milliards de F CFA et les paiements sociaux pour un montant de 1,388 milliards de F CFA. La part des revenus alloués directement au budget de l’Etat, et qui représente 99% du total des revenus du secteur, provient essentiellement de l’exploitation industrielle de l’or (96%) et de l’exploitation du zinc (3%). Sur la base des données reportées par l’Etat, après conciliation, les revenus générés par le secteur minier totalisent un montant de 138,714 milliards de F CFA pour l’année 2015. Ce montant inclut les paiements encaissés directement par l’Etat pour un montant de 137, 832 milliards de FCFA et les paiements sociaux pour un montant de 0,882 milliards de F CFA. En 2015, la part des revenus alloués directement au budget de l’Etat, et qui représente 99,36% du total des revenus du secteur, provient essentiellement de l’exploitation industrielle de l’or (95%) et de l’exploitation du zinc (3%). Sur la base des déclarations des sociétés minières incluses dans le périmètre de conciliation, la production d’or fin de 2014 s’est élevée à 35,1 tonnes.

Pour ce qui concerne l’année 2015 et toujours sur la base des déclarations des sociétés minières incluses dans le périmètre de conciliation, la production d’or fin de 2015 s’est élevée à 35,81 tonnes. Selon l’Annuaire Statistique 2014 du Ministère des Mines et de l’Energie, la production de zinc s’est élevée à 135,4 mille tonnes en 2014 tandis que pour l’année 2015, la production industrielle totale d’or fin au titre de 2015 a atteint 36,17 tonnes et celle de zinc s’est élevée à 134 643 tonnes. Pour les besoins du rapprochement des revenus rapportés par l’Etat, les entreprises, dont le total des paiements au titre 2014 est supérieur à 100 millions de F CFA, ont été retenues par le Comité de Pilotage pour soumettre une déclaration, à l’exception des sociétés Kalsaka Mining SA et Seguénéga Mining SA qui sont en arrêt d’activité en 2016.

Le seuil de matérialité de 100 millions de F CFA a été jugé suffisant par le Comité, dans la mesure où il permet de couvrir 97% des revenus par l’exercice de rapprochement. Pour les entreprises extractives dont le montant total de contribution est inférieur au seuil de 100 millions de F CFA, leurs revenus sont reportés dans ce rapport à travers la déclaration unilatérale de l’Etat et des entreprises publiques. En plus des flux identifiés, les entités déclarantes ont été sollicitées pour reporter tous les flux de paiement dépassant le seuil de 10 millions de F CFA. En définitive, l’écart résiduel non réconcilié global s’élève à 3,123 milliards de F CFA, soit 2,29 % du total des recettes déclarées par l’Etat après les ajustements. Signalons que le de pilotage est composé des agents représentant l’Etat Burkinabè, de la société civile et des sociétés minières.

Moumbarak SILGA

Ecodufaso.com/ Ecodafrik

Légende

1- Jonas Hien, Chargé des programmes de l’ONG ORCADE, et membre du comité de pilotage de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives du Burkina (ITIE) représentant la société civile

ENCADRE

Recommandations formulées pour rendre plus transparentes les activité minières

Prévoir des critères analytiques plus rigoureux, en matière de capacités technique et financière, pour la conduite des évaluations des demandes d’octroi des titres et autorisations miniers ;

- œuvrer pour l’application régulière de la législation en vigueur et des procédures d’octroi des autorisations et titres miniers ;

- établir une feuille de route en prenant en considération les résultats de la collecte des données relatives à la propriété réelle dans le cadre du présent rapport.

 

Source : document de presse

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Aller en haut