Accueil / Développement / Financement de l’entreprenariat des jeunes : Une foire pour trouver des solutions

Financement de l’entreprenariat des jeunes : Une foire pour trouver des solutions

Financement de l’entreprenariat des jeunes : Une foire pour trouver des solutions

La première édition de la Foire du financement de l’entreprenariat jeunesse (FOFIJEUNE) a eu lieu, le 2 décembre 2017 à Ouagadougou. Placée sous le thème: « Le jeune entrepreneur face aux contraintes du système de financement », cette foire, portée par des jeunes entrepreneurs burkinabè, se veut un début de solution à la problématique de l’accès des jeunes au financement.

 

L’accès des jeunes aux financements pour jouer pleinement leur rôle dans le développement est devenu un parcours du combattant au Burkina! Pour relever ce défi, des jeunes entrepreneurs burkinabè ont initié une foire dénommée Foire du financement de l’entreprenariat jeunesse (FOFIJEUNE), tenue le 2 décembre 2017 à Ouagadougou.

 

FOFIJEUNE1Il s’est agi pour les initiateurs, d’offrir l’occasion à plusieurs jeunes entrepreneurs, d’échanger directement avec des responsables de structures de financement public et privé. « Ils sont nombreux ces jeunes qui, après milles et une tentatives d’accéder à un financement pour la concrétisation de leur projet, entretiennent l’hyperbolique idée selon laquelle il est plus aisé pour un chameau de traverser le trou d’une aiguille que pour un jeune d’accéder au financement de son projet. (…) Cette triste réalité fait éteindre les étoiles qui brillent dans les yeux des jeunes burkinabè et met en lambeaux le rêve de prospérité de notre pays, le Burkina Faso », a déploré Limaba Lompo, porte parole des initiateurs de la foire. Cet état de fait, a-t-il poursuivi, affecte non seulement les jeunes porteurs de projets, l’Etat burkinabè, mais aussi les institutions spécialisées dans le financement des projets.

« C’est pour dire que nul n’a intérêt à voir un projet bien ficelé mourir prématurément sur la route du financement », a-t-il souligné avant de citer une étude réalisée par la Banque Mondiale en 2009 sur les entreprises au Burkina Faso. Laquelle étude avait révélé que 75% des PMI/PME identifiaient l’accès au financement comme leur contrainte majeure. C’est d’ailleurs pour changer cette situation que les jeunes entrepreneurs burkinabè veulent prendre leur destin en main.

FOFIJEUNE3

Le représentant du ministre du ministre en charge du Commerce et le parrain de cette premières édition de la FOFIJEUNE ont,  tour à tour, salué l‘initiative qui, selon eux, permettra de créer un cadre d’échange entre les jeunes entrepreneurs et les structures de financement. Toute chose qui permettra, a souligné Justin Damo Barro, co-parrain de la première édition de la FOFIJEUNE, d’instaurer un climat de confiance entre les jeunes entrepreneurs et les structures financières. « C’est à la lumière des fortes attentes des laborieuses populations burkinabè, et particulièrement de sa frange jeune, qu’a été conçu le Plan national du développement économique et social (PNDES) », a conclu Christian Somda, Directeur de cabinet du ministre du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat (MICA) représentant son ministre.

Moubarak SILGA

Ecodufaso.com/ Ecodafrik

 

 

 

Aller en haut