Accueil / Mines & Energies / Mines et energies: Environ 40 projets viendront booster les secteurs

Mines et energies: Environ 40 projets viendront booster les secteurs

Mines et energies: Environ 40 projets viendront booster les secteurs

Le ministre de l’Energie, des Mines et des Carrières, Pr Alfa Oumar Dissa, annonce de grands changements dans son département, à l’orée de la nouvelle année. Présent dans les locaux de Sidwaya le 1er décembre 2016, il a décliné la politique qu’il entend mener et les initiatives qui sont en vue pour assurer l’accessibilité de l’énergie et un juste partage de l’exploitation minière.

 

mines-et-energies-environ-40-projets-viendront-booster-les-secteurs-_584729719fa4f_l250_h250A partir de 2017, les Burkinabè doivent pouvoir sentir un « changement en terme d’accès à l’énergie et de transparence dans l’attribution des titres miniers ». Le ministre de l’Energie, des Mines et des Carrières (MEMC), Pr Alfa Oumar Dissa l’a assuré alors qu’il était dans les locaux des Editions Sidwaya, le jeudi 1er décembre 2016. Il a, en effet, présenté sa vision de développement des secteurs minier et énergétique burkinabè aux premiers responsables de la «maison commune» lors de cette visite de courtoisie. «Nous allons opérer des réformes en lien avec le PNDES, pour mettre notre pays sur les rails de la disponibilité et de l’accessibilité à l’énergie», a-t-il déclaré. Selon ses explications, cela se fera à travers le mix énergétique (augmenter la part des énergies renouvelables dans la production énergétique du pays), la culture de l’efficacité énergétique et le renforcement du parc de production conventionnelle existant. Le mix énergétique s’impose du fait que le Burkina dispose abondamment de l’énergie solaire et qu’il sied de l’exploiter à travers une technologie adaptée, a-t-il souligné.

A cet effet, Pr Dissa a assuré avoir opéré des réformes dans son département pour faciliter l’exécution de ce programme. Cela tient, a-t-il cité, à la création d’une direction générale des énergies renouvelables, une direction générale de l’efficacité énergétique ainsi que celle de l’Agence nationale de l’énergie renouvelable et de l’efficacité énergétique (ANEREE). Il a annoncé par ailleurs d’autres «actions fortes» dont la réglementation énergétique des bâtiments, l’audit énergétique des unités industrielles, la sensibilisation à l’économie d’énergie et la vulgarisation des équipements à basse consommation. «Nous allons répertorier quelques grandes entreprises qui fabriquent les meilleurs équipements et seuls les produits provenant de ces firmes seront admises d’importation sur le territoire national», a-t-il ajouté. Sur le plan minier, le ministre prévoit de rendre effective la transparence dans l’attribution des titres d’exploitation minière par le biais d’un système informatisé qui facilitera l’accès à la carte géologique du Burkina Faso. «Nous comptons lancer aussi le fonds minier de développement local qui va permettre de consacrer 20% des royalties et 1% du chiffre d’affaires des entreprises minières au développement local des communautés régionales et le développement harmonieux du pays», a-t-il expliqué.

Par ailleurs, des questions comme l’employabilité des jeunes diplômés, la déclinaison d’un contrat d’objectif avec tout partenaire minier sont autant de mesures que le patron de l’administration minière compte instaurer au Burkina Faso. De son avis, l’argent des mines est certes éphémère mais « il faut l’utiliser pour construire quelque chose de durable de sorte que les générations futures sachent que nous avons exploité les mines pour construire le pays et qu’elles soient fières de nous». Et pour associer les populations à cet ambitieux programme, Alfa Oumar Dissa souhaite la participation des médias publics, dont le quotidien d’Etat, Sidwaya, avec lequel il souhaite un partenariat gagnant-gagnant.

Fabé Mamadou OUATTARA
sidwaya.bf

ECOTV, La webtv de ecodufaso
Aller en haut