Accueil / Développement / Modernisation de l’agriculture : Le Burkina veut accompagner ses paysans

Modernisation de l’agriculture : Le Burkina veut accompagner ses paysans

Modernisation de l’agriculture : Le Burkina veut accompagner  ses paysans
SUR LE MÊME SUJET...
Le Samedi 11 novembre 2017, le ministère en charge de l’Agriculture à travers la Société Nationale des Aménagements du Terroir (SONATER) a procédé à une remise symbolique de cinq cents tracteurs équipés, cent motoculteurs, et 750 motopompes. A cérémonie de mis à disposition du matériel a eu à Logofourrousso, un village de la commune de Bobo-Dioulasso, en présence du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.

L’agriculture burkinabè constitue la principale source de revenus pour nombre de familles. Le secteur agricole constitue une composante essentielle de l’économie du Burkina Faso. Il contribue pour 35 % au produit Intérieur Brut (PIB) du pays et emploie 82 % de la population active. La production agricole est dominée par les céréales (sorgho, mil, maïs et riz), principales cultures vivrières, par le coton, principale culture de rente, et par l’élevage. L’arboriculture et le maraîchage occupent aussi une place non négligeable. Il est donc essentiel de développer l’esprit entrepreneurial afin de faire de l’agriculture un secteur porteur générateur de revenus. C’est pourquoi le gouvernement a décidé d’accompagner les producteurs.

SONATER-1
Une importante quantité d’équipements agricoles y a, en effet, été mis à leur disposition. La cérémonie de remise a été présidée par le chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré. Ces équipements sont composés de 500 tracteurs, de 100 motoculteurs, et de 750 motopompes, tous équipés. Ils ont été non seulement exonérés des taxes de douane et de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA), mais leur prix a aussi été fortement subventionné par l’Etat. Ainsi, les tracteurs coûtant entre 15 et 20 millions de F CFA sur le marché, ont été mis à la disposition des producteurs entre 7 à 9 millions de F CFA. Toné Armède, un producteur bénéficiaire de Legmoin dans la région du Sud-Ouest, a salué ce soutien de l’Etat. N’eut été la subvention de l’Etat, il a reconnu que sur le marché, le tracteur de « 60 chevaux » qu’il vient d’acquérir à 9 276 000 F CFA pouvait lui coûter entre 16 à 17 millions de F CFA.

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a, à l’occasion, invité les agriculteurs burkinabè à aller vers une agriculture modernisée. « Je salue, une fois de plus, tous nos producteurs qui se battent tous les jours pour nous faire bénéficier d’un repas, et je les incite à surtout quitter la culture de subsistance », a lancé M. Kaboré. Si toutefois cette modernisation venait à se concrétiser, le locataire de Kossyam a dit ne pas douter, un seul instant, de la capacité des producteurs burkinabè à produire pour l’autosuffisance du Burkina Faso, et même pour exporter dans la sous-région. Il a particulièrement invité la jeunesse à s’intéresser à ce secteur, qui, à ses yeux, est un secteur encore ouvert, en termes d’employabilité.
Cette opération avait pour objectif, la modernisation de l’agriculture burkinabè.

Envoyée Spéciale à Bobo Dioulasso
Balguissa Sawadogo
Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Aller en haut