Accueil / Développement / Sécurité alimentaire : La CEDEAO appuie le Burkina Faso avec 4303 tonnes de céréales

Sécurité alimentaire : La CEDEAO appuie le Burkina Faso avec 4303 tonnes de céréales

Sécurité alimentaire : La CEDEAO appuie le Burkina Faso avec 4303 tonnes de céréales
Une photo de famille pour immortaliser la cérémonie

Le jeudi 10 août 2018, la Communauté Economiques des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a procédé à la remise officielle de 4303 tonnes de vivres au gouvernement burkinabè au cours d’une cérémonie officielle de don de céréales tenue à Dédougou chef-lieu de la Région de la Boucle du Mouhoun.

 

La campagne agricole 2016-2017 a été marquée par un déficit pluviométrique et des attaques de nuisibles des cultures, notamment les oiseaux granivores et les chenilles légionnaires d’automne. Cette situation expose plus de 2 670 000 personnes à l’insécurité alimentaire sous stress avec près de 865 000 personnes sous la menace d’une crise alimentaire.

La CEDEAO a exprimé son soutien au pays des Hommes intègres grâce au don de produits vivriers. Il s’agit de 4303 tonnes de céréales composées de 2053 tonnes de maïs, 1000 tonnes de sorgho, 1000 tonnes de mil et 250 tonnes de riz local. Ce soutien entre dans le cadre de l’opérationnalisation de la réserve régionale de sécurité alimentaire de la CEDEAO.

Le Représentant de la CEDEAO, Sékou Sangaré s’est réjoui de l’aboutissement du geste de l’organisation.

Le Représentant de la CEDEAO, Sékou Sangaré s’est réjoui de l’aboutissement du geste de l’organisation.

La CEDEAO est et sera toujours aux côtés du Burkina Faso et des autres Etats membres dans la résolution de la situation alimentaire difficile a indiqué le Commissaire de l’Agriculture, de l’Environnement et des ressources en eau de la CEDEAO, Sékou Sangaré. Il précise que les stocks céréaliers de la CEDEAO sont constitués de produits vivriers locaux produits dans la région par les producteurs.

Dans une logique de réponse précoce, le gouvernement burkinabè, a entrepris la mise en œuvre d’un Plan de réponse et de soutien aux populations vulnérables. Ce, dans la perspective de mobiliser 95 000 tonnes de vivres d’un coût estimé à 81 milliards 491 millions de FCFA.

Le ministre en charge de l’Agriculture au Burkina, Jacob Ouédraogo prononçant son discours.

Le ministre en charge de l’Agriculture au Burkina, Jacob Ouédraogo prononçant son discours.

Le ministre de l’Agriculture et des Aménagements Hydrauliques, Jacob Ouédraogo s’est réjoui de l’accompagnement de l’organisation, remboursable grain par grain à partir janvier 2019 précise-t-il.

Le bilan du plan de réponse indique, l’ouverture de 250 points de ventes de céréales avec une quantité de vivres en vente à prix subventionné de 3 635 tonnes, 17 852 tonnes de vivres sont en cours de transfert aux communes pour la vente à prix social et 3 245 tonnes de vivres ont été distribuées gratuitement aux populations vulnérables confie le ministre.

Le suivi de la qualité des vivres est assuré par la Société nationale de gestion de stock alimentaire (SONAGESS). Une visite du site à l’issue de la cérémonie de remise des vivres. Elle a été accompagnée de la signature des documents de cession des vivres.

 

Balguissa Sawadogo

Ecodufaso.com/Ecodoafrik.com

 

Encadré : Comprendre la réserve régionale de sécurité alimentaire de la CEDEAO

Les Chefs d’Etat et de Gouvernement des Etats Membres de la CEDEAO ont adopté en février 2013, par Acte Additionnel 1 au Traité révisé de la CEDEAO (AS/2/02/13), la création de la Réserve Régionale de Sécurité Alimentaire (RRSA) en Afrique de l’Ouest. Cette Réserve Régionale constitue la troisième ligne de défense pour prévenir et gérer les crises alimentaires. Elle est complémentaire des stocks de proximité (première ligne de défense au niveau des villages et des communautés) et des stocks nationaux de sécurité alimentaire (deuxième ligne de défense) détenus par les Etats.

Dans le cadre de l’appui à l’opérationnalisation de cette Réserve Régionale, la Commission Européenne apporte son appui à la CEDEAO à travers le financement du projet d’Appui au Stockage de Sécurité Alimentaire en Afrique de l’Ouest d’un coût de 56 millions d’Euros, en abrégé Projet Stock CEDEAO.

Aller en haut