Accueil / Finances / Séminaire International sur la Finance Islamique : Des acteurs des finances de la zone Ouest africaines réfléchissent sur sa vulgarisation

Séminaire International sur la Finance Islamique : Des acteurs des finances de la zone Ouest africaines réfléchissent sur sa vulgarisation

Séminaire International sur la Finance Islamique : Des acteurs des finances de  la zone Ouest africaines réfléchissent sur sa vulgarisation

Le séminaire de formation sur la Finance Islamique organisé par l’Association pour le Développement de la Finance Islamique (ADEFI) a refermé ses portes le vendredi 17 mars 2017 à Ouagadougou.

Permettre aux institutions financières de découvrir ce qu’est la finance islamique ainsi que les avantages liés à cette alternative de financement tel était l’objet premier du séminaire international sur la finance islamique. Placé sous le thème « Conception et mise en marche des produits de la finance islamique », le séminaire a servi de cadre pour expliquer la particularité de la finance islamique par rapport aux autres alternatives de financement ainsi que les opportunités dont elle regorge.
Finance-islamique1

Premier du genre pour cette année 2017, le Président de l’ADEFI, Yacouba Belemvire a confié qu’il y a de quoi se réjouir au vue de la mobilisation que le séminaire a suscité auprès des institutions financières surtout les banques. Il a saisi l’occasion pour inviter l’ensemble des participants à approfondir la réflexion de la mise œuvre de cette alternative de financement dans les différentes institutions bancaires car selon lui la finance islamique participe énormément à l’économie réelle des Etats.

Les participants par la voix de leur porte-parole surnommé le Doyen ont félicité les organisateurs du séminaire qui porte sur un thème digne d’intérêt qui est celui de la finance islamique. Nos économies gagneraient a adopté ce mode de financement qui ne fait pas de discrimination car s’intéressant autant aux riches qu’aux pauvres à en croire le porte-parole des participants. Les participants ont aussi sollicité que cette rencontre sur la finance islamique ne soit pas la dernière. « Nous osons croire que les organisateurs du séminaire s’armerons de courage pour donner la chance aux absents de pouvoir revivre ce que nous avons appris » a insisté le Doyen.
Les participants issus pour la plupart du milieu bancaire sont venus du Bénin du Burkina Faso et du Niger.
Finance-islamique3

Le séminaire de formation qui a eu lieu du 15 mars au 17 mars 2017 a porté sur l’historique de la finance islamique, la transaction et les produits de celle-ci, la conception et la mise en marché des produits de la finance islamique, la gouvernance et la règlementation de celle-ci, la micro finance islamique , etc.
Le séminaire a refermé ces protes par une remise symbolique d’attestations de participation.

Balguissa Sawadogo
Eocdufaso.com/ecodafrik.com

Encadré : Propos après séminaire

Président de l’ADEFI, Yacouba Belemviré

Au Burkina Faso, la Finance islamique a vu le jour premièrement à travers la Caisse baitoul maal, après il y a eu la Caisse Lidgbaore en 2009 et en juillet 2015 il y a eu l’ouverture de la fenêtre islamique Coris Bank Baraka. Elle existe donc déjà au Burkina. Et il y a de plus en plus de structure surtout bancaires qui s’y intéresse tels que la BSIC, BOA, CBAO, et la faitière des caisses.

Formateur et Expert en finance islamique, Abdoulaye Mbow

J’ai pu véhiculer trois modules. Un modules sur la gouvernance par rapport aux institutions financières islamique, un module sur le Takalful l’assurance islamique et un module sur la micro finance islamique. Il y a une variété de produits dans la finance islamique. Il y a des produits qui sont basés sur la vente tels que la Mourabaha, ceux basés sur la location, Ijara et des produits basés sur le partenariat tel que le moudaraba et le moucharaka.

La finance islamique offre plusieurs opportunités. Dans la sous régions ouest africaine le problème d’accès au financement bancaire classique est ressorti très souvent pour cause de moyen pour garantir certains produits. Le secteur de la micro finance islamique n’est pas très développé. Il représente 1% du secteur de la micro finance classique. Pourtant les produits réponds aux besoins de ces petites entreprises, par ce que certains produits ne sont pas basé sur la garantie. (…) La finance islamique vient combler le Gap car le taux de bancarisation est faible dans nos pays. La fiance islamique peut relever le niveau de la bancarisation, ce qui est favorable dans le secteur financier. (..) Le premier défi de la mise en œuvre de la finance islamique c’est la règlementation. La BCEAO est en train de rédiger la règlementation. Le Gouverneur avait promis d’ici la fin du premier trimestre 2017 ce cadre sera disponible. Et les deuxièmes défis c’est la formation. Il faut de ressources humaines compétentes en la matière. L’organisation de ce séminaire entre dans ce cadre.

Participant, Nébié Idrissou

La fiance islamique est un passage incontournable pour les économies de la sous régions. Nous avons appris beaucoup durant cette formation. Et nous avons compris que nos pays ont besoin de trouver le chemin de la croissance et l’un des chemin est celui de la finance islamique qui est une alternative pour éventuellement combler nos pays de ressources. Pour avoir une économie équitable, il faut que les gens soit de bonne moralité. Ce qui permettra une bonne gouvernance et également d’établir les ressources dans de bonnes conditions. Nous ressortons avec un bagage en plus que nous allons partager autour de nous. Nous allons après cette formation faire un compte rendu à nos partons afin de voir comment faire en telle sorte que cette fiance vienne contribuer au développement de nos économies.

ECOTV, La webtv de ecodufaso
Aller en haut